Vous êtes-vous déjà retrouvé dans une formation où l’information était difficilement accessible, ou encore dans laquelle le parcours à suivre était d’une complexité sans nom? Vous souvenez-vous d’être allé en classe à reculons? Multipliez les difficultés rencontrées par dix ou vingt et vous aurez une petite idée de ce que vit au jour le jour une personne en situation de handicap qui doit suivre une formation mal adaptée.

Des avantages pour tous

La conception universelle, parfois appelée conception inclusive, est une approche visant à faciliter l’accès à tous aux produits et services. Cette stratégie a tout à fait sa place dans le domaine de l’enseignement. Ses avantages ne se limitent, dans bien des cas, pas aux personnes en situation de handicap, mais s’étendent à tout le monde. C’est que cette démarche exige que l’on cherche au-delà des solutions faciles et trop évidentes, elle force le processus créatif à repousser un peu plus les limites.

Pour mieux le comprendre, je vous invite à visionner cette conférence TED présentée par une personne qui est elle-même en situation de handicap.

3 pratiques à emprunter

Dans une perspective d’apprentissage, la plupart des universités privilégient, parmi leurs meilleures pratiques, les trois suivantes, telles que définies par David H. Rose, Ed.D. de la Faculté de l’éducation de Harvard et du Centre des technologies appliquées :

  • La représentation
    Une variété de méthodes devrait être utilisée pour présenter le contenu du cours (présentation audio, texte, contenu en ligne, etc.). Plusieurs choix de supports devraient être offerts pour transmettre l’enseignement de sorte que tous les apprenants, peu importe leur limitation, aient une alternative qui leur convient. Par exemple, toute information visuelle devrait être accompagnée d’une information auditive ou du moins être interprétée de façon claire par un logiciel de lecture à haute voix.
  • L’engagement
    Les concepteurs pédagogiques doivent déployer diverses stratégies pour favoriser l’engagement des apprenants (discussions, projets individuels, outils ou devoirs collaboratifs, etc.).
  • L’expression
    Les formateurs doivent permettre aux apprenants de démontrer leurs connaissances de la manière qui leur convient, en fonction de leur condition limitative. Par exemple, une personne qui présente un trouble de l’élocution pourra écrire un essai au lieu de se soumettre à une présentation orale.

Le but premier de la conception universelle de l’apprentissage est d’améliorer l’accès à l’apprentissage en réduisant toute barrière physique, cognitive et intellectuelle qui pourrait l’entraver (en ne se limitant toutefois pas à ces facteurs). En d’autres mots, un programme éducatif devrait offrir à tous une chance égale d’apprendre.

Pour des trucs et des stratégies supplémentaires, je recommande ces deux excellentes ressources : http://www.udlcenter.org et http://www.cast.org/

Si vous vous trouvez dans la région de Montréal, vous pouvez contacter le personnel de Centre d’accès de Concordia pour les étudiants en situation de handicap qui disposent d’un vaste choix de ressources.

Flash en HTML5

Apprenez-en plus
Doru Lupeanu

Auteur:
Doru Lupeanu

Gestionnaire du marketing @KnowledgeOne. | Stratège. Scénariste. Transylvanien. Fan avide d’animes.