Avez-vous une idée de ce à quoi ressemblera l’enseignant du futur? Savez-vous en quoi les technologies risquent de le surpasser? Pouvez-vous distinguer les rôles du coach, du tuteur et du mentor? Connaissez-vous les modèles d’enseignants qui ont marqué l’histoire et qui peuvent inspirer une redéfinition la profession? Pourriez-vous dire si certaines dispositions personnelles pouvant sembler banales cachent en fait des atouts pour être un bon enseignant? Testez vos connaissances en répondant aux cinq questions suivantes.

1. Vrai ou faux? Dans son ouvrage Les métiers du futur (2019), Isabelle Rouhan inventorie les occupations professionnelles qui ont le plus de chance de dessiner le monde du travail d’ici 10 à 20 ans. Selon elle, les enseignants sont appelés à être remplacés par des robots dotés d’intelligence artificielle.

RÉPONSE

FAUX

Rouhan a classé les métiers du futur en trois catégories :

  1. Les univers et métiers en évolution : ils existent déjà, mais sont appelés à se transformer en raison de l’automatisation.
  2. Les univers en révolution : sous l’influence de l’automatisation, ces univers devraient connaître des changements radicaux.
  3. Les métiers en innovation radicale : des métiers qui à l’heure actuelle n’existent pas.

Le métier d’enseignant est classé dans le premier groupe, soit de ceux qui seront appelés à se transformer en raison de l’automatisation. On ne parle donc pas selon Rouhan de changements radicaux. Plus concrètement, le professeur d’aujourd’hui deviendrait le professeur du futur, qui se déclinerait en trois modèles : des professionnels qui créeraient des formations en ligne, d’autres qui verraient à mettre celles-ci en ligne sur des plateformes et d’autres qui se spécialiseraient dans le mentorat de l’apprenant.

Pour en savoir plus : 3 types de métiers du futur

2. L’écrivain et essayiste québécois Ollivier Dyens s’intéresse de près à l’avenir de l’éducation dans la foulée de la révolution technologique et numérique qui est à nos portes. Pour quelle(s) raison(s) les technologies feront-elles selon lui de « meilleur(s) professeur(s) »? Plusieurs réponses peuvent être correctes. 

A) Parce qu’elles auront accès à plus d’information.

B) Parce qu’elles seront plus « patientes ».

C) Parce qu’elles seront disponibles en tout temps.

D) Parce qu’elles pourront adapter ce qu’elles font à l’apprenant.

E) Parce qu’elles seront de meilleurs coachs, de meilleures mentores et de meilleures conseillères.

RÉPONSE

A, B, C et D

Selon Dyens, il faut accepter que les technologies seront de meilleurs professeurs que nous – dans le sens où elles auront accès à plus d’information, seront plus « patientes », disponibles en tout temps et en mesure d’adapter ce qu’elles font à l’apprenant. En contrepartie, nous pouvons selon lui devenir de meilleurs « coachs », de meilleurs mentors, de meilleurs conseillers que les machines : « Notre valeur ajoutée c’est le contact humain. » Et l’intégration des technologies dans le système scolaire ne va pas forcément à l’encontre de la valorisation du contact humain, au contraire : « Est-ce qu’une classe de 700 étudiants qui suivent un cours en biologie, par exemple, et qui ne disent pas un mot, fait ressortir la valeur ajoutée du contact humain? », demande M. Dyens. En laissant à la technologie la part qui peut lui revenir dans la transmission du savoir, le professeur pourrait ainsi se consacrer à la dimension la plus humaine de l’enseignement.

Pour en savoir plus : Révolution numérique : 4 défis pour l’éducation

3. L’identité et le rôle de l’enseignant ont connu à travers les époques quelques déclinaisons, dont trois archétypes marquants que décrit Philippe Meirieu dans un rapport de l’UNESCO. Trouvez pour chaque description le modèle d’enseignant qui y correspond.

  1. modèle du clerc
  2. modèle de l’enseignant-bibliothécaire
  3. modèle du maître compagnon

A) Plutôt que de transmettre lui-même des connaissances, cet enseignant fournit, sur demande, des indications sur la façon de trouver celles-ci et les ressources les plus utiles à cet égard. Avec lui, l’apprenant est libre de prendre le temps de réfléchir, d’explorer.

B) En Occident, c’est le professeur d’université qui incarne ce modèle. Il est hautement reconnu et légitimé pour son savoir, qui porte d’ailleurs le sceau de la « vérité » et qu’il transmet par le biais du cours magistral à un auditoire qui se doit d’être tout ouïe. 

C) Cet enseignant sert de guide et de modèle afin que l’apprenant acquière par imitation et émulation une autonomie et des compétences dans la réalisation d’une production qui lui pose des défis concrets.

RÉPONSE

1-modèle du clerc : B ;

2-modèle de l’enseignant-bibliothécaire : A ;

3-modèle du maître compagnon : C

Chacun de ces modèles comporte ses forces et ses faiblesses. Rappelons que puisque ces modèles ont réussi à former des générations d’apprenants, il apparaît judicieux d’en tenir compte alors qu’on tente de redéfinir la profession. Et même si l’arrivée du numérique dans la sphère de l’éducation promet de modifier celle-ci en profondeur — comme le reste de la société —, les apprenants restent des êtres humains… et l’histoire nous a aussi montré que la nature humaine ne change pas si facilement.

Pour en savoir plus : 3 modèles historiques de l’enseignant… et les leçons à en tirer

4. On confond souvent entre eux le coach, le tuteur et le mentor. S’il est vrai que leur travail se ressemble en certains points, ils ont leur définition propre. Trouvez les bonnes associations.

  1. coach
  2. tuteur
  3. mentor

A) Il se démarque par sa capacité à aider l’individu à prendre conscience des ressources qu’il possède pour apprendre à les mobiliser afin de s’améliorer ou de réussir à atteindre un objectif.

B) Il offre un accompagnement basé sur l’apprentissage pour que l’individu développe un savoir ou un savoir-faire qui sera éventuellement évalué. Cette relation se caractérise aussi par le désir de s’aider mutuellement à progresser.

C) Son rôle est de transférer ses connaissances accumulées et de conseiller sans pour autant évaluer le progrès accompli.

RÉPONSE

1-coach : A ;

2-tuteur : B ;

3-mentor : C

Un personnage qui incarne…

  • le coach : M. Miyagi pour Daniel LaRusso dans le film Le Karate Kid
  • le tuteur :Iron Man tuteur pour Spider-Man dans le film Retour à la maison
  • le mentor : Dumbledore pour Harry Potter dans la série Harry Potter.

Pour en savoir plus : Le coach, le tuteur et le mentor : distinctions et faits surprenants!

5. Laquelle ou lesquelles des dispositions suivantes peuvent être considérées comme des atouts d’un bon enseignant.

A) Avoir l’habitude de dire « bonjour » et « merci » au quotidien.

B) Savoir reconnaître les bons coups des autres et les en féliciter.

C) Aimer discuter avec quelqu’un d’un sujet qu’il connaît mieux que soit.

D) Avoir le sens de la répartie.

E) Savoir se montrer patient dans une file d’attente ou dans le trafic.

RÉPONSE

A, B, C, D, E

Certaines dispositions qui peuvent sembler banales ou communes sont pourtant loin de l’être. C’est le cas de celles-ci, qui révèlent de réels atouts pour être un bon enseignant!

Pour en savoir plus : 10 atouts surprenants d’un bon enseignant

Nos articles pour faciliter votre transition vers l’apprentissage en ligne

En savoir plus
Catherine Meilleur

Auteure:
Catherine Meilleur

Rédactrice de contenu créatif @KnowledgeOne. Poseuse de questions. Entêtée hyperflexible. Yogi contemplative

Catherine Meilleur possède plus de 15 ans d’expérience en recherche et en rédaction. Ayant travaillé comme journaliste, vulgarisatrice scientifique et conceptrice pédagogique, elle s’intéresse à tout ce qui touche l’apprentissage : de la psychopédagogie aux neurosciences, en passant par les dernières innovations qui peuvent servir les apprenants, telles que la réalité virtuelle et augmentée. Elle se passionne aussi pour les questions liées à l’avenir de l’éducation à l’heure où se pointe une véritable révolution, propulsée par le numérique et l’intelligence artificielle.