Les neurosciences nous donnent depuis une trentaine d’années déjà un accès privilégié au cerveau. À l’aide d’appareils sophistiqués, dont l’imagerie cérébrale, elles nous ont permis de décoder plus finement nos méninges et de mieux comprendre certains enjeux, dont certains liés à l’apprentissage. Bien que cette discipline ne puisse à elle seule nous guider en matière d’éducation, son apport est devenu incontournable. Voici dix champs d’action dans lesquels sa contribution est à suivre!

infographie sur les avantages des neurosciences

Les neurosciences permettent de…

  1. Constater le lien de cause à effet, soit la preuve scientifique, entre ce qui se passe dans le cerveau et des conditions connues, observées par d’autres moyens (observations in vivo, études de résultats, etc.).
  2. Dévoiler certaines particularités cérébrales qui affectent l’apprentissage et qui ne se perçoivent pas autrement qu’en étudiant le cerveau.
  3. Développer des approches de remédiation basées sur les mécanismes cérébraux responsables des problèmes d’apprentissage.
  4. Générer des connaissances et des pistes d’exploration nouvelles sur le développement et le fonctionnement du cerveau en lien avec l’apprentissage.
  5. Guider l’adaptation des pratiques d’enseignement et de l’apprentissage afin qu’elles favorisent un traitement optimal par le cerveau (moyens, moments, etc.).
  6. Mieux comprendre l’impact de divers facteurs qui influencent le développement du cerveau, les performances cognitives et la mémoire (sommeil, alimentation, activité physique, stress, environnement, etc.).
  7. Mieux comprendre la mémoire et ses liens avec le bagage de connaissances et les fonctions exécutives.
  8. Faciliter la personnalisation de l’apprentissage.
  9. Combattre les neuromythes, ces croyances erronées sur le fonctionnement du cerveau particulièrement répandues dans le monde de l’éducation (styles d’apprentissage, cerveau gauche ou droit, etc.).
  10. Déterminer la transférabilité en situations réelles de résultats d’études en identifiant sur le plan neurologique en quoi les conditions de laboratoire peuvent changer la donne.
Sources
OCDE, Comprendre le cerveau : naissance d’une science de l’apprentissage : Nouveaux éclairages sur l’apprentissage apportés par les sciences cognitives et la recherche sur le cerveau, Éditions de l’OCDE, Paris, 2007.
Steve MASSON, Mieux connaître le cerveau peut-il nous aider à mieux enseigner?, Le Réseau EdCan, 2014.
Catherine Meilleur

Auteure:
Catherine Meilleur

Rédactrice de contenu créatif @KnowledgeOne. Poseuse de questions. Entêtée hyperflexible. Yogi contemplative

Catherine Meilleur possède plus de 15 ans d’expérience en recherche et en rédaction. Ayant travaillé comme journaliste, vulgarisatrice scientifique et conceptrice pédagogique, elle s’intéresse à tout ce qui touche l’apprentissage : de la psychopédagogie aux neurosciences, en passant par les dernières innovations qui peuvent servir les apprenants, telles que la réalité virtuelle et augmentée. Elle se passionne aussi pour les questions liées à l’avenir de l’éducation à l’heure où se pointe une véritable révolution, propulsée par le numérique et l’intelligence artificielle.