Catherine Meilleur possède plus de 15 ans d’expérience en recherche et en rédaction. Ayant travaillé comme journaliste, vulgarisatrice scientifique et conceptrice pédagogique, elle s’intéresse à tout ce qui touche l’apprentissage : de la psychopédagogie aux neurosciences, en passant par les dernières innovations qui peuvent servir les apprenants, telles que la réalité virtuelle et augmentée. Elle se passionne aussi pour les questions liées à l’avenir de l’éducation à l’heure où se pointe une véritable révolution, propulsée par le numérique et l’intelligence artificielle.


 

Se reposer et récupérer intelligemment

2021-07-14T13:17:36-04:002021/07/14|Apprentissage, Articles, Catherine Meilleur, Neurosciences|

On parle moins de l’importance de décrocher que de celle de manger sainement ou de faire de l’activité physique. Nos vies exigeantes et la culture de performance dont nous peinons à nous détacher font que, trop souvent, nous ignorons nos signes de fatigue, et persistons tant bien que mal à abattre notre boulot quotidien, que nous soyons travailleur ou étudiant. Les difficultés de concentration, le manque de motivation et le vagabondage mental font partie de notre normalité… Pourtant, les nombreuses études ayant porté sur les conséquences d’une privation de repos et de vacances indiquent qu’en passant outre ces nécessaires périodes de déconnexion, nous mettons à risque notre santé mentale et physique.

Premier profil numérique des Québécois avec incapacité

2021-07-07T10:42:02-04:002021/07/07|Articles, Catherine Meilleur, Société, Technologie|

Pour la première fois, l’enquête NETendances qui dresse chaque année le profil numérique des Québécois s’est intéressée à celui des adultes avec incapacité. La notion d’incapacité retenue dans ce cadre comprenait toute difficulté de nature auditive, visuelle, cognitive, physique ou psychologique ainsi que tout autre problème de santé de longue durée. Des 12 000 Québécois âgés de 18 ans et plus interrogés pour l’enquête complète, 3 743 personnes présentaient au moins l’une de ces difficultés.

[INFOGRAPHIE] 10 apports des neurosciences à l’éducation

2021-06-30T09:52:24-04:002021/06/30|Articles, Catherine Meilleur, Neurosciences|

Les neurosciences nous donnent depuis une trentaine d’années déjà un accès privilégié au cerveau. À l’aide d’appareils sophistiqués, dont l’imagerie cérébrale, elles nous ont permis de décoder plus finement nos méninges et de mieux comprendre certains enjeux, dont certains liés à l’apprentissage. Bien que cette discipline ne puisse à elle seule nous guider en matière d’éducation, son apport est devenu incontournable. Voici dix champs d’action dans lesquels sa contribution est à suivre!

Tricherie, incertitude et humour en classe : testez vos connaissances!

2021-06-10T12:10:50-04:002021/06/10|Articles, Catherine Meilleur, Testez-vous|

Connaissez-vous les moyens les plus efficaces de contrer la tricherie étudiante? Savez-vous quels facteurs incitent le plus les étudiants à tricher selon qu’ils sont au primaire, au secondaire ou à l’université? Avez-vous une idée de la meilleure stratégie à adopter pour composer avec l’incertitude? Savez-vous comment apprenants et enseignants perçoivent l’humour en classe et quels principes les enseignants ont intérêt à suivre pour en faire bon usage?

3 âges du cerveau sous la loupe des neurosciences

2021-05-27T10:32:19-04:002021/05/27|Apprentissage, Articles, Catherine Meilleur, Neurosciences|

Au cours des dernières décennies, les neurosciences ont commencé à confirmer ou infirmer certaines hypothèses que nous avions sur le fonctionnement du cerveau, en plus de nous mener sur de nouvelles pistes de connaissances. Vu la complexité de ce fascinant organe, nous n’en sommes qu’au début de cette exploration prometteuse. Grâce à l’imagerie cérébrale, nous en savons toutefois un peu plus sur certaines de ses particularités aux différents temps de la vie et sur leurs liens avec l’apprentissage.

Maîtriser des compétences en 3 étapes

2021-05-12T13:16:17-04:002021/05/12|Apprentissage, Articles, Catherine Meilleur|

Observer nos semblables est non seulement notre premier mode d’apprentissage, mais il demeure l’un des plus efficaces même à l’âge adulte. Dans la théorie sociocognitive du psychologue Albert Bandura, ce processus à la base du développement et du comportement humain porte le nom de « modelage » ou d’expérience vicariante. Trois étapes ont été identifiées comme étant incontournables pour en tirer des résultats optimaux.

Astuces pour mieux apprendre : testez vos connaissances!

2021-05-05T10:30:56-04:002021/05/05|Articles, Catherine Meilleur, Testez-vous|

Connaissez-vous les meilleurs trucs pour prendre des notes? Sauriez-vous débusquer les mythes les plus courants sur l’apprentissage? Connaissez-vous les quatre modes d’apprentissage d’Elmore qui correspondent à nos théories personnelles sur la question et qui influencent notre manière d’apprendre? Testez vos connaissances en répondant aux cinq questions suivantes.

Le modelage ou l’apprentissage par l’observation

2021-04-28T12:32:38-04:002021/04/28|Apprentissage, Articles, Catherine Meilleur|

Le « modelage » consiste à apprendre en observant, non pas simplement pour imiter son modèle, mais pour le dépasser en interprétant et utilisant de manière personnelle les comportements observés. Aussi appelé « expérience vicariante », ce processus est à la base du développement et des conduites humaines selon le psychologue Albert Bandura qui l’a mis en lumière.

Au cœur du sentiment d’efficacité personnelle

2021-04-27T12:18:18-04:002021/04/14|Apprentissage, Articles, Catherine Meilleur|

Pensez-vous trouver la motivation et la persévérance nécessaires pour atteindre un but si vous n’êtes pas convaincu d’y arriver? D’après la théorie de l’auto-efficacité de l’éminent psychologue canadien Albert Bandura, pionnier du courant sociocognitiviste, si vous avez peu confiance en vos capacités, vos chances d’y parvenir sont minces.

[INFOGRAPHIE] L’activité du cerveau en chiffres

2021-06-30T09:55:46-04:002021/03/24|Apprentissage, Articles, Catherine Meilleur, Neurosciences|

Notre cerveau n’est jamais réellement au repos. Lorsqu’il n’est pas affairé à une tâche précise, il peut rêvasser ou ruminer, selon notre humeur, mais jamais il ne cesse d’être actif. C’est ce que des neuroscientifiques ont mis au jour en découvrant le fonctionnement de son réseau dit « par défaut », qui s’active de manière opposée au réseau exécutif qui gère nos processus cognitifs de haut niveau.

Go to Top